Sophia, un roman-feuilleton à suivre. Page 12

sophia, page 12


Début de l’histoire.

16 Responses to “Sophia, un roman-feuilleton à suivre. Page 12”

  1. lo

    va finir par choper la creve notre heroine favorite :)

    j adore cet page au fait :)

  2. Gil

    Superbe cette page, Sophia est devenu mon feuilleton favori.

    j’aime beaucoup le style des couleurs (la couleur), ça me rappelle les premiers album de Barbarella et Scarlett Dream fin 60 début soixante-dix, deux page en orange suivi de deux page en vert, avec comme tu l’as si bien rendu une surimpression sur les noirs pas si noir, l’effet est si bien rendu que ça me donne un coup de nostalgie, j’ai l’impression de retrouver une héroïne de mon enfance.

  3. Enkidu Pi

    Boudiou! Encore un coup des prussiennes sauvages! mais que fait le Ukulele Squad?
    Et puis cachez ce sein que je ne saurais voir.

  4. philippe

    Je suis d’accord avec lo, l’histoire se passe au mois de novembre et il n’y a plus de charbon à Paris, la demoiselle risque d’attraper un gros rhume. Et si elle chope la tuberculose, avec les poumons qu’elle a, je ne vous dis pas !

  5. Johanna

    ouais mais elle est sacrément sexy comme ça…. vous voulez quand même pas la voir porter un anorak et des moon boots ?

  6. cali

    purée quel suspense, chui mourue là (:

  7. puyo

    Ouah ! Quel mystère mystérieux nous attend ?

  8. Mar

    Raaah, mais qui donc ?!!

  9. Enkidu Pi

    Une question me taraude… La mini jupe date de quand déjà? des années 60… Mais alors ces sacripans d’anglais n’ont rien inventé.

  10. Camille

    aaaaaaaaaaaaaa
    la suite vite.

    Moi les incohérences historiques je m’en balance, c’est trop sex, ce feuilleton !

  11. Tata

    Teuton, tu vas tâter du téton

  12. philippe

    Johanna > elle peut être nue sous un manteau de fourrure par exemple.

  13. M.Roda

    Sophia c’est l’avenir^^

  14. TROLL

    pfff ça finit quand cette histoire. Libon tu as trop lu Mezzo qui lui même a trop lu Burns.

    Reviens donc à tes petits Mickeys. Eux au moins nous faisaient rire et ils ne nous infligeaient pas un second degré branchouille dont on commence sérieusement à se fatiguer.

  15. Administrator

    Ecoute, Troll, mon coeur saigne mais il nous reste 124 pages à passer.

    Non mais en fait l’histoire, plus serieusement, c’est qu’en ce moment on en à un peu notre claque de raconter des histoires de chats et autres tranches de notre petite vie alors on fait autre chose quoi. N’y voit pas de degré branchouille, hein, c’est pour rigoler.
    C’est pas définitif, hein, juste là, bon.

  16. Agnès

    Le toupet de certains commentateurs me sidèrera toujours..
    Votre plaisir est le notre, continuez braves gens et bravo pour les décors, ces noirs et blancs sont magnifiques.